samedi 25 mai 2013

Petits pots de crème aux cerises et à la vanille

Mon fils, a voulu disposer les cerises tout autour du ramequin...
Les fleurs ont laissé place aux cerises...

Encore un dessert de saison (souvent l'on me demande, pourquoi je ne fais pas ceci ou cela et bien la réponse est que ce n'est pas la saison), pour célébrer l'arrivée de mes premières cerises et pourtant, même en Corse, il ne fait pas très beau...
A bien y réfléchir, je me demande si c'est bien la saison... Et puis, une recette de printemps ça met du baume au coeur !

J'ai imaginé ce dessert à la suite de la lecture d'un article de "Elle à table", qui concernait la fraise et qui était intitulé : "crème caramel aux fraises".
L'association de la crème caramel et des fraises m'a surprise et j'avoue que je n'y aurais pas pensée (la crème caramel était d'ailleurs une institution, dans le restaurant de mes parents...).
Ici, l'association n'est pas risquée puisque ce n'est qu'une simplement crème à la vanille dans laquelle on a ajouté des cerises. C'est proche d'un clafoutis mais on ne met que les jaunes d'oeufs et la farine est inexistante.
La cerise apporte un petit goût acidulé à la crème et ça change des crèmes desserts classiques !

Pour 4 petits ramequins, les ingrédients :

25 cl de lait ;
25 cl de crème fleurette ;
5 jaunes d'oeufs ;
85 g de sucre ;
1 gousse de vanille grattée ; 
40 cerises.

Préparation et cuisson :

Portez à ébullition le lait et les graines de la gousse de vanille ainsi que la gousse. Laissez infuser une quinzaine de minutes. Pendant ce temps, faites mousser les jaunes d'oeufs avec le sucre. Filtrez le lait infusé, versez-le sur les jaunes d'oeufs, ajoutez la crème fleurette et remuez le tout.
Répartissez les cerises (entières) et la préparation dans des ramequins. Placez-les dans un bain-marie (dans un grand plat rempli d'eau chaud à mi-hauteur) et faites-les cuire une trentaine de minutes (voire plus, si nécessaire), le four thermostat
150 °C (le temps de cuisson est indicatif car dépendant de la grandeur des ramequins).
Mettez-les ensuite au frais.

Et encore une photographie de la Corse : Bonifacio et sa roche calcaire...



samedi 11 mai 2013

Lasagnes printanières...


Marre du sucré !!!

Alors, lasagnes parce qu'avec elles, je m'amuse toujours !
Mais attention, marre de l'association : bolognaise, béchamel, je dis non !
Amusons-nous et créons un plat de lasagnes différent et tout autant succulent !
Voyons, un peu d'imagination !

Et puisque nous sommes au printemps, des lasagnes végétales, c'est à propos...

Fleurs...
Beaucoup de plats corses sont à base de fèves.


Voyons un peu et si nous marions : petits-pois, épinards et fromage ? 
Brocciu pour moi et pour vous, peut-être, un autre type de fromage, comme par exemple la Ricotta et même pourquoi pas un fromage à caractère plus prononcé comme le Bleu...


Petits-pois.
Tour génoise de Fautea, située proche de Porto-Vecchio.

C'est une proposition... Vous pouvez marier d'autres légumes : mettez des oignons frais... Des blettes à la place des épinards... Des fèves... Bref ! ce qui vous tente, l'important, est de faire une superposition de couches.
Et pour lier l'ensemble, de la crème fraîche liquide (ou de la sauce béchamel).
(Les proportions données sont adaptées à la taille de mon plat... Elles sont donc indicatives).

Pour 4/5 personnes et un plat à gratin de 20 x 28 cm, les ingrédients :

Une douzaine de plaques "pâte de lasagnes" (ou fraîches maison) ;
250 g d'épinards frais ;
390 g de petits-pois frais écossés ;
1 brocciu  ou 500 g de ricotta (ou un panaché : 400 g de ricotta, 100 g de Bleu d'Auvergne) ;
1 oignon frais (voire plus) ;
1 cuillerée à soupe d'huile d'olive ;
50 cl de crème fraîche liquide (ou sauce béchamel) ;
150 g environ (à votre convenance) de gruyère ou parmesan râpé ; 
sel et poivre.



Leurs réalisations : 

Émincez l'oignon frais et faites-le revenir dans l'huile d'olive, puis ajoutez les épinards, préalablement lavés, peu essorés et hachés grossièrement.
Faites cuire mais seulement 2 à 3 minutes, le temps qu'ils perdent de leurs volumes.
Éteignez le feu et ajoutez aux épinards, le fromage émietté et les petits-pois frais, salez et poivrez.
Prenez le plat à gratin et disposez les plaques de lasagnes, une couche de la préparation "épinards, fromage, petits-pois" puis les plaques et ainsi de suite jusqu'à épuisement des ingrédients.
Versez la crème fraîche liquide.
Terminez par une couche assez conséquente, de gruyère ou parmesan râpé.
Enfournez, four chaud, thermostat 185 °C pour 45 minutes de cuisson.


samedi 4 mai 2013

A panetta ou la brioche Corse


Enfin une recette typique !

Lorsque je suis arrivée en Corse, à l'adolescence, l'une des viennoiseries qui me manquait le plus (les spécialités Corses sont différentes de celles du continent) fut la brioche. Vous savez, celle où il y a plus de beurre que de farine (j'exagère ??)... à la forme de religieuse...
Eh oui ! en Corse, la brioche proposée est bien différente : généralement sans beurre, mais avec beaucoup d'arômes : des zestes de citron ou d'orange, parfois des graines d'anis, parfumée à l'eau de vie ou même à la fleur d'oranger, à la forme allongée et saupoudrée de sucre... Alors si vous êtes curieux et que vous vouliez y goûter ou si vous êtes éloigné de l'île ou même y habitant et voulant la faire vous même, je vous livre la recette.
J'ai dérogé à la recette, en introduisant un peu de beurre (certaines recettes en contiennent... ).

Cette sorte de brioche était confectionnée à l'origine pour les fameuses
<< merendelles ( pique-nique) >> du Lundi de pâques : les Corses, le Lundi de pâques, se réunissent en famille ou entre amis et partent pique-niquer.
Elle porte différents noms (on conserve la même pâte) : sa forme peut varier (en nid, en couronne) et des oeufs frais, entiers avec leurs coquilles qui cuisent, en même temps que la pâte à brioche, peuvent y être ajoutés, formant un décor en quelque sorte (cacavelli, campanile)... Oui, des oeufs... Étonnant, n'est-ce pas ?

Une version de luxe, si l'on peut dire, existe aussi : elle peut être fourrée de brocciu sucré (fromage typique de l'île).

Pour deux Panetta, les ingrédients :
500 g de farine de type 45 ;
125 g de sucre (voire même plus : 150 g) ;
2 oeufs ;
1 sachet de levure de boulangerie déshydratée ;
10 cl de lait tiède ;
le zeste d'un citron ou d'une orange (des graines d'anis peuvent aussi être 
ajoutées) ;
1 bon verre à liqueur d'eau de vie ;
75 g de beurre fondu, pour moi : la recette d'origine comportait 2 cuillerées à soupe d'huile neutre ou saindoux ;
1 cuillerée à café de sel rase (mettez-en un peu moins);
du sucre pour saupoudrer généreusement.



La préparation de la pâte et sa cuisson :
Si vous avez un robot, rien de plus simple : mettez tous les ingrédients dans la cuve et pétrissez 8 à 10 minutes, vitesse 1 puis 2 (préalablement, il faut diluer la levure dans un peu de lait tiède et l'a laissée s'activer 15 minutes - reportez-vous aux instructions notées sur le paquet, car certaines levures peuvent être mises directement dans la cuve).
A la main, faites un puits au centre de la farine, ajoutez-y les ingrédients, et malaxez pour les amalgamer puis pétrissez.

Laissez lever la pâte 4 heures environ (il faut que la pâte double de volume) ou plus simplement, si vous la faites la veille : toute la nuit au frigo.
Rabattez la pâte (chassez l'air) et façonnez deux demi-boudins, en forme de demi-baguettes (farinez le plan de travail et posez-les sur du papier cuisson).
Laissez pousser la pâte encore une heure puis badigeonnez les panetta d'oeuf (ou à la rigueur de lait), saupoudrez-les généreusement de sucre.
Enfournez, four chaud, thermostat 180 °C, pour 25 à 30 minutes de cuisson.