samedi 1 juin 2013

Brioche salée à la coppa (charcuterie de Corse) et au romarin frais

Elle a poussé un peu anarchiquement...

Pas encore de recette à base de charcuterie corse... Non mais, ce n'est pas possible... Car qui dit gastronomie corse dit charcuterie... Il était donc temps de si mettre...
Une A.O.C. (appellation d'origine contrôlée) a d'ailleurs était obtenue en 2012 pour le prisuttu (jambon cru provenant de la cuisse de porc), le lonzu (charcuterie à base de longe de porc) et la coppa (charcuterie à base d'échine de porc).
Elle garantit que la charcuterie est élaborée avec de la viande porcine insulaire : le porc Nustrale (race ancienne de l'île, avec des caractéristiques propres : morphologie, couleur de la robe, qualité de la viande, rusticité, etc.) et que ce porc a été nourri au gland et à la châtaigne (car élevé en liberté dans les montagnes).


Pour cette charcuterie d'exception, la liste d'attente est longue et les délais également (jusqu'à 2 ans pour un prisuttu...), mais elle devient rarissime (la majeur partie de la charcuterie produite est à base de viande de porc non insulaire).

Cette charcuterie d'exception à la particularité d'être grasse mais c'est un gras "goûteux" qui se mange...

A coppa et u lonzu
U prisuttu

























Il va sans dire que la recette que je vous propose, peut être adaptée : vous pouvez utiliser un autre type de charcuterie comme le jambon cru, par exemple de Bayonne.

Pour 5 personnes et un moule à kouglof détourné de 22 cm de diam., les ingrédients :
400 g de farine de type 45 ;
4 oeufs ;
9 g de sel fin ;
200 g de beurre ramolli (j'ai réduit la quantité de beurre car la coppa est une charcuterie"grasse") ;
1 jaune d'oeuf ;
270 g de coppa (ou jambon cru) ; 
18 g de levure fraîche de boulangerie (ou un peu moins d'un sachet de levure de boulangerie déshydratée avec un peu d'eau - selon les cas - pour délayer la levure) ;
3 cuillerées à soupe de romarin frais haché très finement (facultatif).


Sa réalisation et sa cuisson :

Mettez dans la cuve du robot pétrisseur la farine, la levure émiettée, les oeufs et le sel (si vous optez pour de la levure déshydratée - selon les cas - il faudra la diluer préalablement dans très peu d'eau tiède : reportez-vous aux instructions notées sur le paquet).
Mélangez puis ajoutez le beurre ramolli.
Pétrissez une bonne dizaine de minutes avec le crochet : temps nécessaire à une bonne incorporation des ingrédients (continuez à pétrir jusqu'à ce que la pâte se décolle des parois et devienne lisse et élastique).
Ajoutez ensuite, le jaune d'oeuf, la coppa coupée en petits dés et le romarin frais haché finement.

Laissez reposer la pâte, au minimum 1 h 30 puis rabattez-la (chassez l'air). Vous pouvez faire la pâte la veille et la laisser toute une nuit au frigo, dans la cuve du robot et la rabattre le matin.

Mettez la pâte dans le moule à kouglof (ou autre).

Laissez lever à température ambiante jusqu'à ce que la pâte soit à hauteur de moule.

Enfournez, four chaud, thermostat 190 °C, pendant 35 minutes.

Cette brioche est à déguster accompagnée d'une salade verte, d'un oeuf poché par exemple ou même telle quelle.


4 commentaires:

  1. Une charcuterie délicieuse pour une brioche qui ne l'est pas moins !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si tu l'as déjà goûtée mais bonne journée à toi.

      Supprimer
  2. tu m'en livres une part pour l'apéro?!

    RépondreSupprimer
  3. J'adore ce genre de recettes "apéro d'été"... Et maintenant, on a assez de soleil pour faire des barbecues avec des apéros d'été ! Youpi !

    RépondreSupprimer